dimanche 14 septembre 2014

Je tremblais quand il a ouvert sa porte (2)

Il m'était déjà arrivé une fois d'aller chez un inconnu que j'avais déniché sur un site de rencontre. Un coiffeur, mais je crois que ce détail n'a pas d'importance pour la suite. Au début de mes expériences, c'était la phase plan cam, sur msn, assortie ou pas d'une suite réelle. Le plan cam avait mal tourné.
Au moment crucial pour lui, il avait fait chuter son ordinateur portable et j'avais eu droit à un écran noir.

Un autre jour, j'étais en déplacement dans sa ville et j'acceptais de venir chez lui. Il me restait un créneau horaire suffisant avant le dernier métro. J'étais serein pendant tout le trajet et pourtant je n'avais pas beaucoup d'expérience. Ça faisait partie de ces moments où j'ai pu me jeter à l'eau sans regarder le bord.
Il n’habitait pas loin de la station, il fallait remonter une rue et il m'attendait au carrefour suivant. J'aimais bien son visage mais la réalité de son corps un peu épais ne m'emballait pas plus que ça. Pour autant, je n'allais pas reculer. L'entrée de son immeuble s'ouvrait à vingt mètres. Dans l'ascenseur il avait commencé à m'embrasser et j'aimais ça.

Nous étions arrivés dans son petit appartement. Je me souviens du lit tout de suite à droite dans la pièce unique. Il m'avait déshabillé et allongé sur le lit. Je m'étais laissé faire, n'arrivant pas à être entreprenant. Finalement son corps était ferme et musclé, mais ce n’était pas vraiment mon style de mec. Je ne me souviens pas avoir osé prendre son sexe court et épais dans ma bouche. Non, je m'étais vraiment laissé faire...

Et c'était la première fois qu'un mec me léchait comme ça de partout. J'avais aimé sentir sa langue. Quand il avait soulevé et écarté mes jambes, j'étais prêt à ce qu'il atteigne cette part intime encore vierge. Il alterna alors ses explorations linguales et des baisers passionnés. J'étais surpris de ce léger goût poivré dans ma bouche avant de comprendre qu'il me donnait à goûter de moi-même. A plusieurs reprises, il se redressa et me donna une claque sur le côté de chaque fesse. Je trouvais ça plutôt désagréable et dans mon ingénuité absolue je me demandais bien à quoi il jouait. A compter de ce moment, je pensais à m'échapper dès que possible. J'ai provoqué notre jouissance et j'invoquais le dernier métro pour le quitter.
Ce fut une histoire quasiment sans parole. Dans notre chat' suivant, il m'expliqua qu'il aurait aimé me prendre. Il était gentil mais je n'ai pas regretté de n'avoir rien compris. Nos conversations se sont effilochées, puis il a déménagé.

Avec Steve, nous avions suffisant discuté de nos goûts et de nos couleurs pour que je sache à quoi m'en tenir. Et malgré cela devant sa porte...

à suivre

6 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ah oui totalement, on apprend toujours de nos malheurs

      Supprimer
  2. et alors.... La suite !!!
    Biz
    Comdhab

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel plaisir de te trouver ici ! J'espère que tu vas bien. Bises

      Supprimer
    2. ca va plutôt bien.... mais l'écriture me manque certains jours...
      Peut-être que je reviendrai !!! ;-)
      Comdhab

      Supprimer