dimanche 6 avril 2014

Le grand soir



Je n'ai pas spécialement envie de parler de politique ici mais je dois dire que j'ai bien aimé l'interview de la secrétaire nationale d'EELV interrogée sur la non participation de sa formation au gouvernement. Extrait : "Je caricature mais l'idée d'un grand soir contre un Parti socialiste hégémonique versus une nouvelle gauche vertueuse et formidable est un doux rêve. Je crois surtout aux petits matins, et c'est en travaillant au quotidien que nous rendrons l'écologie majoritaire.".
En ce même premier avril, je retrouvais à nouveau Pio dans une ville dont je dirai juste qu'il y est encore possible de garder plusieurs listes de gauche au deuxième tour des municipales et de ne pas voir la droite rafler la mise.
Le temps était doux, pendant tout le trajet pédestre vers son appartement j'ai pu admirer son fin profil, son bassin et ses jambes moulées par un jean et sa chemise légèrement ouverte. Je ne me lassais pas de vérifier combien il avait rajeuni comme je l'écrivais dans mon précédent post. La reprise d'une activité physique et le ménage dans sa vie produisait un bel effet.
Nous n'avons pas tenu longtemps à commencer à préparer un repas sans un petit effeuillage qui devait nous conduire assez vite dans la chambre après quelques préliminaires réjouissants sur le canapé. Un peu affligé par mon caleçon Dim, Pio avait commencé par me relooker version addicted. J'étais assez bluffé devant la glace de voir comment un bout de tissu bien agencé pouvait autant me mettre en valeur de face comme de profil. Il faudra que je songe à me sous-vêtir un peu mieux...
La soirée nous transporta, entrecoupée par un en-cas arrosé de vin du sud-ouest plutôt tannique. Je parlerais à peine du point culminant de peur d'être trop obscène par les tournures explicites dont il me faudrait user pour le raconter. Ressentir Pio et sa jouissance au plus profond de moi était un inédit que j'espérais de longtemps, je n'imaginais pas être en mesure de l'accueillir et pourtant cela fut. Bien que je sois encore trop tendu pour m'abandonner assez, la grâce de l'instant m'a laissé éperdu dans ses bras avant que nous sombrions dans un sommeil profond.
Le réveil fut lent et très tendre, entre la chaleur de nos corps et la douceur de nos lèvres, avant de faire l'amour une dernière fois.
Plus tard dans la journée je constatais une nouvelle fois qu'une nuit d'amour avec un homme avait tendance à me dynamiser alors que j'avais si souvent à remettre de quelques ébats hétérosexuels.
Certains croiront peut être que je parle de performances, je raconte surtout comme cette nuit avec Pio contribuait à mon long chemin sur la connaissance et l'acceptation de mon corps.
Avec Pio j'avais connu le grand soir et un de ces petits matins qui marquent.

2 commentaires:

  1. cette description donne envie...cela semble proche du bonheur, non? le grand soir et les petits matins qui marquent, c'est vraiment un beau programme!!!

    RépondreSupprimer