mardi 3 octobre 2017

10 petites choses qu'il te faudrait savoir si tu devais vivre avec moi (1)

La vie à deux ou plus peut être merveilleuse. Il faut savoir ne pas la gâcher par des petites choses désagréables du quotidien. Nous avons tous des attachements particuliers à des savoir-faire  qui obéissent à un pragmatisme essentiel ou des procédures qui ne doivent qu'à l'évidence de la logique. Or il semble que ces formules de vie relèvent d'une arithmétique très personnelle alors qu'on croit souvent qu'elles découlent naturellement du premier, quand ce n'est pas du second, principe de la thermodynamique.
1) Je ne peux m'empêcher, quand je me brosse les dents, de penser à ce clip de France libertés à l'époque où Oh me faisait découvrir le festival éponyme. Je m'attends toujours à voir apparaître cette langue qui te rappelle qu'un quart de l'humanité n'a pas accès à l'eau potable. Je te prierai donc de ne pas ouvrir le robinet au moment même où tu engouffres la brosse dans ta bouche insatiable.
2) D'avoir dès mon plus jeune âge été mobilisé dans la gestion du linge familial, je garde un certain plaisir à trier et plier le linge. Ah comme ces gestes répétitifs au contact des textiles, dont celui du coton a ma faveur, sont apaisants ! J'aime particulièrement relever méthodiquement le linge sur le fil, au milieu de la verdure du jardin, parfois le sauver des premières gouttes de l'orage, avant de m'adonner au tri et au pliage sur la grande table de la maison, aussitôt rentré. Une fois rangé tout ce qui peut l'être, j'ai la satisfaction de voir réduite la pile de repassage à la portion congrue. Alors, s'il te plait, ne pose pas tout ça en vrac à l'arrachée, au risque de devoir chercher slips et chaussettes tous les matins de la semaine qui suit et de passer deux fois plus de temps à défroisser les chemises. Une autre fois, je te parlerai du pliage des chaussettes, dont j'ai noté qu'il permettrait de classer l'humanité en quatre parties inégales.
3) De l'usage du conditionnel.  La voisine serait-morte, as-tu dit. Tu en es sûre ? Oui, c'est Bidule qui me l'a dit. Ben alors c'est sûr ! La voisine est morte, donc. Le conditionnel, c'est bien pratique, pour se monter la tête, discuter des heures pour ne rien dire. Il lui serait arrivé, ci et ça, bla, bla, bla... Le genre de choses qui m'horripilent. La voisine est morte. Les faits. Est-ce qu'on ira à l'enterrement ?

à suivre

2 commentaires: