dimanche 16 septembre 2018

Perfection

Théo & Hugo dans le même bateau
J'avais rendez-vous avec Camille, le garçon aux doigts de fée. J'imaginais mon arrivée dans son appartement, un lent déshabillage pour aller tranquillement à la découverte de nos corps.
Il me recevait à titre exceptionnel car ce n'est pas dans ses habitudes. Son colocataire étant absent, il avait eu envie de déroger à ce petit principe.
Nous avions rendez-vous en plein milieu d'après-midi, j'avais prévu de le rejoindre après le diner qui suivait un séminaire professionnel. J'avais un peu de marge et je pensais l'attendre dans un bar en bas de chez lui. Mais les horaires du matin ont explosé, on a diné en début d'après-midi, j'étais coincé par les civilités et aussi l'empathie que j'ai pour certains collègues. Je ne sais pas partir par les portes dérobées...

mercredi 5 septembre 2018

Oublier Régis

https://www.pinterest.fr/pauleenheath/flowers-i-love/
Suis-je resté autant silencieux ? Je ne sais le dire en réalité. J’ai oublié. Je ne me souviens que de cette perception d’un vide sidéral. Peut-être un lien avec cette angoisse récurrente que j’ai déjà décrite.
Mais delà de la sensation du vide, je ressentais la situation comme une violence. Je la trouvais d’une cruauté sans nom. Voulait-elle me dire quelque chose ? Attendait-elle un cri ? Un autre type de réaction ?

mardi 4 septembre 2018

L'autre Régis

http://www.bureau-guides-luchon.com/activites/courses-rocheuses-pyrenees/
Fidélités ou loyautés ? J'avais pris prétexte de la réplique "j'ai couché avec Régis" dans Eva pour évoquer une première fêlure. Voici la deuxième...
Je me souviens de la petite cuisine. A l'époque, on parlait de cuisine intégrée. Je ne sais pas si on utilise encore ce terme. Les autres cuisines relèvent d'un monde antédiluvien, d'avant le déluge de biens de consommation.
Ça se passait dans la cuisine.  Je crois qu'on avait fait diner les enfants. On ne prenait pas encore le repas avec eux, vu leur âge. Ils étaient peut-être couchés ou jouaient dans le séjour.

lundi 20 août 2018

Trahison

Les petits mouchoirs. Film de Guillaume Canet
Cécile a découvert que son mari a une double vie sur le net. Une double vie sous pseudo où il exprime des sentiments et des opinions très différentes de ce qu'elle connait de lui. Un monstre.
Extrait de Les loyautés...

samedi 18 août 2018

Les loyautés

"Ce sont des liens invisibles qui nous attachent aux autres - aux morts comme aux vivants -, ce sont des promesses que nous avons murmurées et dont ignorons l'écho, des fidélités silencieuses, ce sont des contrats passés le plus souvent avec nous-mêmes, des mots d'ordre admis sans les avoir entendus, des dettes que nous abritons dans les replis de nos mémoires.
Ce sont les lois de l'enfance qui sommeillent à l'intérieur de nos corps, les valeurs au nom desquelles nous nous tenons droits, les fondements qui nous permettent de résister, les principes illisibles qui nous rongent et nous enferment. Nos ailes et nos carcans.
Ce sont les tremplins sur lesquels nos forces se déploient et les tranchées dans lesquelles nous enterrons nos rêves."

mercredi 15 août 2018

Séries #2 Jules

(c) Freepik, https://fr.freepik.com/photos-libre
Et pourquoi pas Jules donc ! Ici évidemment tous les prénoms ont été changés, ou presque. Il y a parfois des indices criants pour qui saurait trouver. J'écris trouver et non chercher. Chercher en soi n'a guère d'intérêt, les troubadours l'avaient bien compris et je connais assez le monde de la recherche pour ne pas me tromper de mot.
J'aime beaucoup ce prénom inusable. Pourtant, je ne l'ai encore jamais donné à l'un de mes hommes. Autrement dit, je n'ai jamais eu de Jules.

jeudi 2 août 2018

Séries #1 Jim

Je suis parti quelques jours. Je ne t'enverrai pas de cartes postales. Pas d'ordinateur, seulement un téléphone portable sur lequel je n'active pas les données à l'étranger.
Je prends quelques instantanés à l'occasion.
Mais je ne vais pas te laisser seul pour autant.
C'est l'occasion de quelques best of, non pas le meilleur de ce blog - je te laisse seul juge - mais des choses que j'ai envie de de relier.
Où je me souviens de Jim.

mardi 24 juillet 2018

Homo, boulot

Je suis toujours vigilant dans le contexte professionnel à gérer mes émois et ardeurs pour les garçons qui me plaisent. Je ne sais pas ce qui transparaît réellement. J’ai peut-être parfois des excès d’empathie. Comment sont-ils interprétés ? Y voit-on l’effet d’une attirance physique ou simplement celui d’une connivence intellectuelle ? J’ai constaté pour autant que tout le monde ne se réfrénait pas vis-à-vis à moi. Ça m’a toujours surpris voire mis mal à l’aise.

dimanche 22 juillet 2018

La queue de Lloris

Finalement, je l'ai regardée.
Basile a salué ma force mentale : je n'avais résisté que 15 malheureux petites journées à la footballmania... Mes arguments étaient minces, il fallait que je sache un peu de quoi on allait parler et me parler aussi, parce que j'ai une vie sociale et que comme le dit Fabienne Sintes, il n'y a pas des milliards d'imbéciles...
J’avoue que j'ai même regardé la descente des Champs...
Je suis toujours sensible à la
liesse populaire et que le foot ait remplacé la place de Grève, c’est quand même déjà ça...