samedi 10 juin 2017

La loi normale de Sanofi

J'ai écouté atterré sur France Info les propos du DRH de Sanofi, entreprise soupçonnée de sous-notation de ses salariés afin de faciliter des licenciements. Il disait très précisément ceci : "Dans une distribution normale, on va retrouver environ 20% des salariés qui sont au-delà des attentes, 70% des cadres qui remplissent les objectifs et entre 6 à 8% qui sont en dessous des attentes. Si un manager n'a personne en dessous des attentes, c'est qu'il y a probablement un petit problème dans l'évaluation de la performance".
Mais qu'est-ce qu'une distribution normale ?
Voici la définition donnée par Wikipédia, encyclopédie accessible au plus commun des DRH  : "En théorie des probabilités et en statistique, la loi normale est l'une des lois de probabilité les plus adaptées pour modéliser des phénomènes naturels issus de plusieurs événements aléatoires." La représentation graphique qui en découle donne la célèbre courbe en cloche dite de Gauss.
J'espère que tu identifies tout de suite le problème, et pour le cas contraire je me permets d'enfoncer le clou...
La performance ou la réussite dans une entreprise sont loin d'être des phénomènes naturels influencés par le seul hasard. Par ailleurs, tous les phénomènes ne suivent pas la loi normale et chercher à la retrouver dans ce type de situation n'a strictement aucun sens.
La probabilité que dans un groupe de 23 personnes deux d'entre elles soient nées le même jour (mais pas forcément la même année) est de 50 % (une chance sur deux donc), pour un groupe de 32 elle est de 75 %, et elle atteint 99% pour un groupe de 55 personnes. Pourtant, on peut trouver des groupes où ça ne marche pas. Dans un tel cas, il ne viendrait à l'idée à personne, même au DRH de Sanofi, de changer la date de naissance d'un individu pour donner raison aux probabilités.
Les méthodes de Sanofi en disent long sur la considération des salariés par l'équipe dirigeante de l'entreprise. C'est comme si l'on estimait qu'il est illusoire pour un enseignant d'essayer d'amener l'ensemble de sa classe au delà de "la moyenne". Certains m'opposeront qu'il y aura toujours des nuls, mais dans le cas d'espèce c'est bien à la tête de cette entreprise qu'ils se trouvent.


2 commentaires:

  1. 1) Les DRH figurent malheureusement rarement dans la moyenne de ce que l'on devrait exiger de la part d'une telle profession.
    2) S'exprimer ainsi devant un micro, pour un vaste public, prouve bien que celui-là ne possède pas le sens de la communication, ni ne cultive le respect de ses interlocuteurs.
    3) Sanofi devrait changer sa date de naissance, le renvoyer à l'école, puis le mettre au boulot sur une chaîne de production.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour André, je souscris aux trois items !

      Supprimer