dimanche 11 décembre 2016

Maintenant que ta jeunesse...

Renaud Camus et Aragon au Palace, 1977. © Philippe Morillon
Deux émissions écoutées sur Inter au sujet de la jeunesse où il était question de considération par les politiques, de vote à 16 ans. Une parole de Jack Lang a traversé les ondes (de mémoire, je comprends les jeunes car je l'ai été).

Un bref échange épistolaire avec un ami sur, disons, le temps qui passe.

Et ce poème qui m'a rejoint deux trois jours, cette chanson que je fredonnais déjà, à peine tiré de l'adolescence...

Maintenant que la jeunesse
s'éteint au carreau bleui
Maintenant que la jeunesse
machinale m'a trahi

Maintenant que la jeunesse
tu t'en souviens souviens-t-en
Maintenant que la jeunesse
chante à d'autres le printemps

Maintenant que la jeunesse
n'est plus ici n'est plus là
Maintenant que la jeunesse
suit un nuage étranger

Maintenant que la jeunesse
a fui , voleur généreux
me laissant mon droit d'aînesse
et l'argent de mes cheveux
Il fait beau a n'y pas croire
Il fait beau comme jamais

Quel temps quel temps sans mémoire
on ne sait plus comment voir
ni se lever ni s'asseoir
Il fait beau comme jamais

C'est un temps contre nature
comme le ciel des peintures
comme l'oubli des tortures
Il fait beau comme jamais

Frais comme l'eau sous la rame
un temps fort comme une femme
un temps à damner son âme
Il fait beau comme jamais

Un temps à rire et à courir
un temps à ne pas mourir
un temps à craindre le pire
Il fait beau comme jamais.

Louis Aragon, Le nouveau crève-cœur (1948)

A écouter bien sûr avec Francesca Solleville.




8 commentaires:

  1. Fichtre! Renaud Camus avec Aragon...
    Et maintenant, je l'avais passée début octobre dernier par ma chère Hélène Martin, bien sûr.
    On ne se refait pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Renaud Camus, certes, Renaud Camus, jeune :)

      Supprimer
  2. A cette époque,Aragon était appelé "la folle du Palace".

    RépondreSupprimer
  3. Ce qui n' enléve rien à ses qualités de trés grand écrivain .
    "Aurélien" est un roman d'amour magnifique .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De ce cycle, je n'ai lu que les Cloches de Bâle mais j'avais beaucoup aimé.

      Supprimer
  4. Ah Francesca Solleville... Une voix que j'ai entendu jeune ! Les roses d'Ispahan...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudra me faire écouter Kigou, car je trouve pas en ligne !

      Supprimer