dimanche 16 septembre 2018

Perfection

Théo & Hugo dans le même bateau
J'avais rendez-vous avec Camille, le garçon aux doigts de fée. J'imaginais mon arrivée dans son appartement, un lent déshabillage pour aller tranquillement à la découverte de nos corps.
Il me recevait à titre exceptionnel car ce n'est pas dans ses habitudes. Son colocataire étant absent, il avait eu envie de déroger à ce petit principe.
Nous avions rendez-vous en plein milieu d'après-midi, j'avais prévu de le rejoindre après le diner qui suivait un séminaire professionnel. J'avais un peu de marge et je pensais l'attendre dans un bar en bas de chez lui. Mais les horaires du matin ont explosé, on a diné en début d'après-midi, j'étais coincé par les civilités et aussi l'empathie que j'ai pour certains collègues. Je ne sais pas partir par les portes dérobées...
Un texto me prévenait qu'il était rentré un peu plus tôt. Je traversai la vieille ville au pas de course dans une chaleur caniculaire et j'arrivai en nage. Je ne rêvais plus qu'une bonne douche...
Il m'ouvrit dans la rue très passante sur laquelle donnait directement son appartement auquel on accédait par un escalier privatif. J'en restai à des bises, n'osant le serrer dans mes bras tellement je suais de toutes parts. Il me désaltéra d'un verre d'eau. Je lui exprimai mon besoin d'un rafraichissement plus conséquent. Cinq minutes plus tard, je commençai par découvrir sa salle de bain qu'il avait très jolie comme le reste de l'appartement. Il me suivit dans la douche pendant que je m'installai dans sa chambre. Finalement nous nous découvrîmes torse nu, la taille ceinte d'une serviette...
J'ai rarement touché de si près la perfection. Camille a un visage assez banal que le sourire transcende. Son corps est taillé d'une belle musculature souple à la peau très mate. Un don des dieux puisqu'il ne fait rien de particulier pour maintenir ce corps charmant. J'ai évoqué son sexe dans le billet précédent, une merveille. Camille est beau, Camille est doux, Camille est tendre.
Le moment était fascinant, jusqu'à trouver une conclusion à nos ébats car il fallait bien que je parte. Conclure n'est pas toujours si simple quand le domaine des possibles est largement ouvert et symétrique. Je le chevauchais de plaisir tandis qu'il venait de sa main. Un miroir me renvoyait cette belle image avant que nous nous effondrions côte à côte dans l'émotion de cette première fusion qui me troubla au plus haut point.
Je repartis dans la ville en chaleur pour rejoindre mon rendez-vous du retour.



7 commentaires:

  1. Un beau moment avec ce garçon très sensuel.Et que d'attentions réciproques!
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et son sexe si paisible...
      Pierre

      Supprimer
    2. Pas si paisible que cela cependant...

      Supprimer
    3. Fort heureusement...
      Pierre

      Supprimer
  2. Belle évocation de beaux moments et autre angoissant- ah ,cette course effrénée pour arriver à l'heure au rdv - et puis ce regret de devoir redescendre du petit nuage pour une terre trop ferme sous un soleil de plomb ;j'ai aimé, cela se lit ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Joseph, et ce n’était qu’un début !

      Supprimer
  3. Ceci dit,je pense qu'Estef a aussi des doigts de fée,et pas que des doigts...
    Pierre

    RépondreSupprimer