jeudi 19 juin 2014

La pire chose qu'il me soit arrivée dans le noir


Un jour, il m'est arrivé un truc de fou, hallucinant et flippant, je n'en suis pas encore revenu. C'était en juin dernier. Attention c'est très cru mais si jamais tu cliques sur suite, tu peux me croire c'est du vécu. Dialogue avec mon ange gardien.

Je suis allé au sauna à Toulouse.
Je reste toujours très vigilant et prudent même s'il m'arrive de passer dans une backroom. Dès que quelque chose ne me plait ou prend une tournure pas soft, je mets les voiles.
Et la un mec me suce et me lâche assez vite. Et il revient presque aussitôt. Je crois m'enfoncer dans sa gorge et je réalise halluciné que c'était son cul, tellement ouvert que je n'ai rien senti, rien compris. Je suis parti. A la lumière, j'ai vu que je n'étais pas souillé. Je suis aller longuement me laver, uriner.
Un truc de fou. J'ai l'impression de m'être fait abuser, comme une espèce de viol sans effraction.
Je n'avais pas de lésion, ça été très rapide. Je ne sais pas quoi penser.
Je n'ai même pas cherché le gars, je me suis rhabillé, je suis parti.
Mais comment on peut faire un truc pareil.
J'ai honte de moi et de m'être fait avoir comme ça.
Par moment, ça me prend la tête.
Puis je n'arrive pas à y croire.
Je ne suis pas allé chez le toubib.
Je suis partagé entre le risque réel et l'effet de prendre un traitement assommant sur 6 semaines.
Je me ferai tester dans 3 mois dans tous les cas.
Un truc de fou.

D'abord, pas de panique. De ce que tu m'écris, il n'y a pratiquement pas de risque : rapport court, voire très court ou même ultra court, pas de lésion sur ta verge. Même s'il est possiblement séropo, surtout si c'est un habitué du no-capote, la plupart des traitements rendent maintenant la présence du virus dans le sang indétectable, donc la contamination par échange sanguin quasiment impossible.
En plus, dans un cas de figure comme celui que tu décris, le risque est infiniment plus grand pour le passif que pour l'actif, en raison de la possible contamination par le sperme ou le liquide pré-séminal.
Fais ton test dans trois mois, fais-en même un dans moins d'un mois si ça peut déjà te rassurer un peu (à un mois, c'est désormais très fiable), mais tu n'as aucune raison de paniquer. Et je suis sûr que si tu consultais en urgence demain matin, le médecin jugerait inadaptée une thérapie prophylactique. Tu as bien réagi en mettant fin tout de suite au rapport, mais du coup, tu n'as vraiment pas pris de risque. 


Maintenant, wouah ! Champion, le gars ! C'est quoi cette backroom, où on voit si peu ? Et tu faisais quoi de tes mains pour ne t'être rendu compte de rien ? Ça, c'est un truc qui ne m'est encore jamais arrivé ! 
Sois donc tranquille et passe un bon we.

Merci de ton message. Je l'ai lu à 6h du mat un peu au radar avant d'aller me recoucher.
Ça me rassure en effet. En attendant de faire le test, je vais glisser dans l'abstinence totale.
Je conçois bien que mon récit est surprenant. Comment se faire piéger autant ! C'est vrai que cette partie du lieu était très sombre. En fait, le mec s'était baissé pour me sucer et j'ai eu un moment d'abandon les mains derrière la tête. Quand il a retiré la bouche j'ai bien senti qu'il bougeait mais je n'ai pas pu identifier son mouvement. Et c'est allé très vite. En fait, il s'est tourné, et le corps penché en avant, il s'est directement empalé sur mon sexe, sans hésiter, sans tomber à côté. C'est ça qui est dément. Je ne me souviens même pas s'il a touché mon sexe avec les mains ou s'il les a posé sur mes hanches pour se guider. Je me suis enfoncé directement. Et tout d'un coup, après deux aller-retour profonds, je réalise qu'il se passe un truc bizarre, et je pose mes mains sur ce que j'imagine être son visage et ce sont des fesses.
Vraiment hallucinant...
Je te sais curieux mais je ne te souhaite pas une telle expérience.
Et j'ai du mal à comprendre comment un gars peut faire un truc pareil, exposer un autre sans consentement, qui plus est dans un lieu où l'info ne manque pas.
Ça m'est arrivé de trouver des mecs qui tiennent à avaler mon sperme alors que je me retire assez tôt, mais là c'est leur truc et comme je suis clean, je sais qu'ils ne risquent rien.
Je suis vraiment naïf.

3 mois plus tard j'avais le résultat du test. Tout était bon.

2 commentaires:

  1. Depuis la grande guerre entre Guillaume Dustan et Didier Lestrade sur le sujet, il y a eu le succès des thérapies qui font que non seulement le virus est indétectable, mais encore que la maladie est moins présente, effrayante, moins immédiatement mortelle, et que l'ignoble déchéance du sida n'est plus aussi visible. Ce n'est plus si grave. Et pourtant, les dégâts psychologiques sont aussi, sinon encore plus présents, chez les séropo comme chez ceux qui vivent avec.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que ça restera toujours terrible dans le corps comme dans la tête. Merci de tes passages.

      Supprimer